Loading

Catégorie : Conseil National

72 posts

#Atüalità – Commerce

#Atüalità – Commerce

“Ensemble, concentrons nos achats en Principauté de Monaco” Corinne Bertani, conseillère nationale en charge du commerce, revient sur la nécessité de soutenir les commerces à Monaco, pour surmonter la crise et leur permettre de relancer durablement leur activité. #commerce #Monaco 🇮🇩


 

#Atüalità – Logement

#Atüalità – Logement

Nouvelle commission d’attribution de logements domaniaux, revalorisation de l’Aide Nationale au Logement (#ANL) pour faciliter l’accès au secteur privé : focus info sur le #logement à #Monaco avec Franck Lobono, Président de la Commission du Logement au Conseil National de Monaco.


Déconfinement : lors de la reprise, préservons la qualité de vie

Déconfinement : lors de la reprise, préservons la qualité de vie

Jeudi 30 avril dernier, tous les élus du Conseil National ont adressé une lettre au Ministre d’Etat dans laquelle ils rappellent, pour accompagner le déconfinement, leur demande de généralisation des tests à l’ensemble de la population, et souhaitent aussi attirer l’attention du Gouvernement sur les précautions à prendre en matière de préservation de la qualité de vie des Monégasques et des Résidents. En effet, Il ne faut pas ajouter à la crise sanitaire et économique, et après l’épreuve du confinement, une suspension des mesures prises pour limiter les diverses nuisances.

L’indispensable reprise de l’activité économique ne doit pas se faire sans tenir compte des engagements pris devant les élus par le Gouvernement en décembre dernier, lors du vote du Budget Primitif 2020, tels que l’interdiction des chantiers les nuits et les week-ends, des horaires de démarrage et de fin de travaux raisonnables, des protections acoustiques efficaces, des engins insonorisés, mais aussi des contrôles réguliers pour que ces mesures soient respectées.

Le Conseil National unanime est très attaché, ainsi que la délégation qui le représente a pu le réaffirmer lors de la dernière réunion du Comité Mixte de Suivi du COVID-19 du 24 avril dernier, au maintien des décisions réglementant les chantiers publics et privés, qui permettent de préserver la qualité de vie des Monégasques et des Résidents de la Principauté.”

Pour le Conseil National : “si le Gouvernement voulait, en raison des circonstances exceptionnelles, modifier les règles qui ont été établies dans le cadre des échanges relatifs au Budget Primitif 2020, l’Assemblée demanderait alors l’organisation d’un débat préalable

2ème MC Summer Concert annulé

2ème MC Summer Concert annulé

En raison des circonstances sanitaires, le 2ème MC Summer Concert, prévu initialement le 1er juillet 2020, a logiquement été annulé, compte tenu de l’impossibilité de tenir des rassemblements dans le contexte actuel.

Le Conseil National, le Gouvernement et la Mairie de Monaco remercient toutes les personnes impliquées dans l’organisation de ce concert, ainsi que les jeunes qui avaient proposé des maquettes afin de participer à la première partie.

Retrouvez très bientôt sur cette page, les maquettes de jeunes artistes, candidats à la première partie du concert!

Après la crise sanitaire, faire de Monaco un modèle de relance économique

Après la crise sanitaire, faire de Monaco un modèle de relance économique

Au début de la crise sanitaire, après une mise à l’écart injustifiée par le Gouvernement de l’Assemblée élue par les Monégasques, le Prince Souverain a instauré un Comité Mixte de Suivi, où le Conseil National a pu fait part de l’ensemble de ses propositions. Dans la concertation entre nos deux institutions, Monaco a fini par devenir un modèle de sortie de crise sanitaire. La circulation du virus est désormais sous contrôle, même si bien évidemment les mesures de précaution continuent de s’imposer à tous, pour parer à toutes les hypothèses relatives à l’évolution de la Covid-19. Cette réussite collective, illustration de l’unité des institutions, sous l’autorité du Prince Souverain, est aujourd’hui largement reconnue par la population.

Aujourd’hui, le grand défi qui se présente à nous est d’ordre économique et social. Le Conseil National a salué la qualité et l’envergure du plan de soutien aux acteurs économiques et aux salariés de la Principauté, dont l’ensemble des mesures a été déterminé en concertation avec les élus, eux-mêmes rassemblés dans l’union nationale, indispensable en cette période.

L’objectif du Conseil National est à présent de contribuer à faire de Monaco un exemple de relance économique, tout en préservant notre modèle social. Pour cela, les Conseillers Nationaux ont déjà demandé lors de la précédente réunion du Comité Mixte de Suivi, que les aides aux acteurs économiques et aux salariés ne soient pas arrêtées brutalement mais de manière dégressive, et se poursuivent avec discernement, aussi longtemps que nécessaire pour les secteurs les plus impactés. Le Conseil National a voté une enveloppe globale de 350 millions pour financer ce soutien de l’Etat. Ces sommes ont été décidées d’un commun accord entre le Conseil National et le Gouvernement, dans le cadre du premier budget rectificatif 2020. Les élus sont bien entendu soucieux de la plus juste utilisation de ces crédits pour préserver les finances publiques. A ce titre, ils ont réclamé des contrôles pour sanctionner ceux qui pourraient profiter injustement des mesures de solidarité économique mises en place par l’Etat.

A l’occasion de la prochaine réunion du vendredi 5 juin, la délégation du Conseil National va confirmer au Gouvernement sa demande de continuer à soutenir les acteurs économiques et les salariés de la Principauté au-delà du 30 juin et aussi longtemps que nécessaire, afin de limiter les conséquences sociales de la crise, notamment pour les activités les plus touchées. Ceci doit se faire dans la seule limite des sommes déjà votées, qui à la fin juin seront loin d’avoir été toutes utilisées. En effet, lors de la réunion précédente, le Gouvernement a présenté aux élus un plan progressif de fin de ces aides qui leur semble manquer d’ambition et qu’ils n’ont pas approuvé sur le siège. Ils leur confirmeront ce point de vue du Conseil National unanime, lors de la réunion de ce vendredi.

Par ailleurs, après avoir mis fin au confinement une semaine avant la France, le Conseil National constate que dans plusieurs domaines, le plan gouvernemental de déconfinement et de relance de l’activité prend désormais du retard sur les pays voisins, notamment en matière de réouverture des salles de sports, d’assouplissement des conditions d’utilisation des installations sportives, de réouverture des parcs et jardins d’enfants, ainsi que des salles de cinéma. En outre, nos restaurants se voient imposer des normes plus contraignantes qu’en France, avec obligation de réservation préalable, distances supérieures entre les tables et nombre de convives inférieur par table. Ce décalage est regrettable, il sera également souligné lors de cette réunion du Comité Mixte de Suivi. En ce qui concerne les établissements scolaires, le Conseil National salue la réouverture des grandes sections de maternelle, qu’il serait souhaitable d’étendre à la semaine entière.

Pour les élus, Monaco doit être un modèle de relance économique et garder constamment un temps d’avance. Plutôt que d’économiser des crédits pourtant votés et donc disponibles pour soutenir les acteurs économiques de Monaco en vue de la relance, il s’agit pour le Conseil National de travailler à développer de nouveaux types de recettes pour l’Etat dans différents secteurs d’activité. Un groupe de réflexion de l’Assemblée sera constitué en ce sens prochainement, pour formuler des propositions concrètes. Cette relance passe aussi par le maintien des investissements et d’un haut niveau de commande publique, qui doit bénéficier avant tout aux entreprises et commerces de la Principauté. Dans ce cadre, la priorité aux acteurs économiques monégasques doit plus que jamais être respectée, mieux que par le passé. Le Conseil National y veillera tout particulièrement à sa place.

#Tests #Covid19

#Tests #Covid19

Après la distribution massive de #masques, le Conseil National de Monaco se félicite de la mise en place par le Gouvernement Monaco de la généralisation des tests pour l’ensemble des résidents et bientôt des salariés de la Principauté. Cette stratégie était réclamée par le Conseil National depuis fin mars.

Cette campagne de dépistage de grande envergure, lancée le 19 mai dernier à #Monaco, répond à une forte attente de la population et était indispensable pour accompagner efficacement la levée progressive du confinement.

Accueilli au Grimaldi Forum Monaco par Didier Gamerdinger, Conseiller-Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, et par Ludmilla Raconnat le Goff, Secrétaire Général du DASS, le Président Stéphane Valeri, accompagné par de nombreux Conseillers Nationaux*, a salué la qualité de l’organisation et le travail de toutes les équipes mobilisées :

« Il nous tenait à coeur de remercier sur place les équipes présentes, sans qui cette campagne de dépistage n’aurait pas pu être réalisée. Je salue l’engagement des équipes du Département des Affaires Sociales, de la DASA, des Corps de la Force Publique, des agents de la Mairie de Monaco, des testeurs de la Croix-Rouge de Monaco et de Fight Aids Monaco, des infirmières libérales, du personnel du Grimaldi Forum et des bénévoles, qui ont prêté main forte sur les deux sites de dépistage.»

Les élus encouragent les résidents et les salariés à participer à cette campagne de dépistage, qui est le résultat d’une concertation fructueuse entre le Gouvernement et le Conseil National.


*Étaient présents autour du Président : Boccone-Pagès Brigitte, Vice-Présidente du Conseil National, Daniel Boeri, Président de la Commission Culture et Patrimoine, Aliprendi De Carvalho Karen, Corinne Bertani, Béatrice Fresko-Rolfo et Marine Grisoul, Conseillères Nationales.

Généralisation des Tests 

Généralisation des Tests 

Généralisation des tests : une réussite collective

Dans une allocution prononcée le 16 mars, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé avait déploré la lente mise en place des tests dans le monde, que l’OMS préconisait depuis le 11 mars : « Nous n’avons pas vu d’escalade assez urgente dans le dépistage, l’isolement et la recherche des contacts, qui sont le pilier de la riposte. » Selon lui, « le moyen le plus efficace est de briser les chaînes de transmission. Et pour cela, il faut dépister et isoler ». Il avait alors appelé les pays du monde à tester massivement : « Nous avons un message simple pour tous les pays : testez, testez, testez. »

Le Conseil National, dès le 30 mars, dans un communiqué, demandait publiquement à son tour au Gouvernement de tout mettre en œuvre pour généraliser une politique de dépistage, trop longtemps très réduite, malgré notre taille et nos moyens. Il se faisait ainsi le relais des attentes légitimes de la population.

La politique de tests déployée aujourd’hui répond donc à une demande de longue date des élus, sans cesse renouvelée depuis dans le cadre des réunions du Comité Mixte de Suivi.

Le Conseil National est satisfait d’avoir été entendu par le Gouvernement, et d’avoir contribué à la mise en place de sa politique relative aux tests. Il encourage les Monégasques, les Résidents et les salariés à se faire dépister massivement.

Pour accompagner la levée du confinement, la généralisation des tests était plus que jamais urgente et indispensable. Notre pays est désormais armé pour faire de la sortie de crise sanitaire une réussite collective, résultat d’une concertation fructueuse entre le Gouvernement et le Conseil National.

7ème Comité Mixte de Suivi

7ème Comité Mixte de Suivi

Réussir le déconfinement et préparer la relance

Lors de la 7ème réunion du Comité Mixte de Suivi, qui s’est déroulé ce jeudi 7 mai, le Gouvernement et les élus de la délégation du Conseil National ont fait le point sur le processus de levée progressive du confinement, qui a débuté le 4 mai dernier.

Sur le plan sanitaire, pour que l’épidémie soit totalement maîtrisée, le Conseil National depuis le 30 mars dans un communiqué, demandait déjà la généralisation des tests à l’ensemble de la population et des actifs de la Principauté, dans le droit fil de la recommandation de l’OMS qui indiquait qu’il était urgent de « tester, tester, tester ».

Ce qui est fait ailleurs, en Islande ou plus récemment au Luxembourg, où une politique massive de tests a été mise en place avec efficacité, doit pouvoir se faire à Monaco pour l’intégralité de la population et des actifs de la Principauté, vu la taille de notre pays et le nombre total de personnes à tester.

Après de nombreuses semaines, et après en avoir discuté à plusieurs reprises au sein du Comité Mixte de Suivi, cette démarche de généralisation progressive des tests a été confirmée aux élus du Conseil National par le Gouvernement. Le Conseil National demande à ce que le dispositif soit déployé dans son intégralité dans les meilleurs délais, pour que chaque personne qui le souhaite puisse se faire tester.

Cette politique de dépistage massif est plus que jamais nécessaire pour accompagner le déconfinement par une maîtrise efficace de la circulation du virus.

Les élus ont tenu lors de cette réunion à souligner l’important travail, très apprécié, des agents de la Sûreté Publique, sous la responsabilité du Département de l’Intérieur, qui ont assuré et qui assurent toujours les contrôles aux points d’entrée de la Principauté. Il faut sur ce point également noter la bonne coordination avec les forces de l’ordre françaises, afin de s’assurer que ne circulent en Principauté que des non-résidents ayant un motif valable.

A ce sujet, une mauvaise information issue d’une infographie erronée sur une chaîne de télévision française, ayant aussi circulé sur les réseaux sociaux, a pu laisser penser que les résidents monégasques ne pourraient pas circuler hors de Monaco à partir du 11 mai, date de début de déconfinement en France. En réalité, les habitants de la Principauté pourront bien se déplacer librement et sans attestation dans un rayon de 100 kilomètres, à vol d’oiseau côté français.

Sur le plan économique, un vaste dispositif de soutien aux salariés, aux travailleurs indépendants et aux entreprises, a été mis en place par le Département des Finances et de l’Economie, en concertation avec le Conseil National. Ces aides ont été rendues possibles par le vote unanime des Conseillers Nationaux, d’un premier budget rectificatif le 21 avril dernier. Elles sont indispensables pour sauvegarder notre tissu économique et social, et doivent se poursuivre compte-tenu de l’évolution de la crise et du caractère très progressif de la reprise des activités.

Comme tout plan de soutien mettant en œuvre des dispositifs généraux, certaines situations ont pu ne pas être prises en compte. C’est pourquoi, Monaco doit être capable au cas par cas, pour des demandes légitimes, d’apporter une réponse, pour ne laisser personne sur le bord du chemin. Dans l’attente de la réunion de la Commission d’Assistance aux Entreprises en Difficulté (COMED), des premiers dossiers sont actuellement étudiés de façon conjointe entre le Conseiller Ministre des Finances et le Président de la Commission des Finances du Conseil National.

C’est en soutenant aujourd’hui les acteurs économiques impactés par la crise, que notre pays se donne les moyens de préparer les conditions de la relance économique de demain, dans l’unité des Institutions et sous l’autorité du Prince Souverain.

 

6ème Comité Mixte de Suivi

6ème Comité Mixte de Suivi

Le Conseil National est conscient du très important travail que représente la mise en place de cette étape cruciale dans la gestion de cette crise. Gouvernement et Conseil National partagent le même objectif : protéger la santé de la population, tout en se donnant les moyens de relancer notre économie.

Les conseillers nationaux avaient pris connaissance du plan de levée progressive du confinement lors du 5ème Comité Mixte de Suivi. Il a depuis été présenté publiquement par le Gouvernement le mardi 28 avril au soir. Même si la délégation du Conseil National avait bien sûr pu donner son avis en amont, les élus précisent que les mesures, leur mise en œuvre et les étapes de déconfinement, relèvent de la seule responsabilité du Gouvernement.

Depuis le début de la crise, il était apparu que les mesures prises se calquaient régulièrement plus ou moins sur les décisions françaises. Aussi, l’Assemblée relève que la date de la première phase de levée du confinement est en décalage avec la date du 11 mai annoncée par la France, tout comme un certain nombre de choix relatifs à la rentrée scolaire. Se positionner de façon démarquée et autonome, notamment en matière d’approvisionnement de matériel médical et de dispositifs de dépistage, était demandé par les élus depuis le début de cette crise.
De manière générale, les Monégasques et les Résidents s’interrogent encore sur des points qui posent question et qui touchent, entre autres, à la stratégie relative aux tests, à la reprise de l’école et aux capacités de contrôles des mesures sanitaires.


Sur la stratégie sanitaire :
Les Conseillers nationaux rappellent qu’ils demandent depuis de nombreuses semaines la généralisation des tests de dépistage à l’ensemble de la population, afin de pouvoir isoler les cas positifs et donc les personnes porteuses du virus. Les élus unanimes ont d’ailleurs demandé ce jour par courrier au Ministre d’Etat, que cette mesure indispensable soit désormais mise en place par le Gouvernement. Cette stratégie a été appliquée avec succès dans d’autres Etats, par exemple en Islande ou en Corée du Sud, et le sera prochainement au Luxembourg, qui vient d’annoncer, avec un plan très précis, sa décision de tester l’ensemble de sa population, ainsi que les travailleurs frontaliers. Il s’agit de développer une stratégie de dépistage à large échelle, basée sur un diagnostic volontaire, accessible à la population, y compris les pendulaires. Cette démarche doit être concomitante au déconfinement progressif, pour éviter une seconde vague de personnes infectées, et donc la mise en place d’un nouveau confinement.

Cette stratégie est plus que jamais indispensable pour limiter les effets de la crise économique et sociale, et pour rassurer la population. Les Monégasques et les Résidents ont besoin de réponses claires et d’un planning précis à ce sujet, sur le mode « qui sera testé, quand et comment ? »


Sur l’application des mesures et sur leurs contrôles :
La levée progressive du confinement implique le respect de mesures sanitaires strictes présentées par le Gouvernement. Ceci concerne aussi bien les chantiers que les transports en commun, les commerces ou bien encore les entreprises. Pour s’assurer du strict respect de ces mesures, il faut des moyens et des contrôleurs en nombre suffisant, au-delà du sens de la responsabilité d’une grande majorité des personnes concernées.
Le Conseil National pose donc la question des moyens que le Gouvernement compte mobiliser pour faire respecter ces mesures sanitaires indispensables.


Sur l’enseignement et la vie scolaire :
La santé de nos enfants et de la communauté éducative est primordiale, c’est pourquoi le Conseil National a toujours prôné le principe de précaution depuis le début de cette crise.

Les élus ont pris acte, comme le souhaitait le Conseil National, de la liberté de choix laissée aux parents de renvoyer ou non leurs enfants dans les établissements scolaires, pour les classes que le Gouvernement a décidé de faire reprendre.

Pour les familles ayant fait le choix du suivi scolaire à domicile, les élus ont demandé que la continuité pédagogique soit maintenue, à l’aide de tout moyen technologique possible pour suivre les cours et assurer le bon déroulement du programme.

Pour les parents qui feront le choix de la reprise scolaire dans les établissements, les élus ont demandé une nouvelle fois que ces derniers puissent avoir l’assurance d’une scolarisation durant la journée entière, afin de pouvoir reprendre le travail.
Un bilan pourra être fait après les premiers jours. Le nombre probablement limité d’élèves concernés, devrait permettre en effet de les gérer en suivant un emploi du temps normal, tout en respectant les mesures sanitaires indispensables, avec des classes réduites.

Pour les classes qui ne reprennent pas physiquement, la délégation a confirmé sa demande de mettre à disposition des structures de garde, pour les enfants dont les parents doivent travailler.

Le Gouvernement a confirmé aux élus avoir pris toutes les dispositions sanitaires indispensables pour garantir la protection des élèves et des enseignants.


Cette nouvelle phase est une étape importante dans la lutte contre le virus et ses conséquences. Pour autant, rien n’est gagné, et nous sommes encore loin d’être sortis de cette crise. L’Assemblée continuera de jouer tout son rôle dans le dispositif de lutte contre cette épidémie, en étant le relai continu des inquiétudes et des attentes légitimes des Monégasques et des Résidents.

5ème Comité Mixte de Suivi

5ème Comité Mixte de Suivi

Des échanges autour des principaux enjeux pour d’abord préserver la santé, tout en relançant l’économie.

Lors de la réunion du Comité Mixte de Suivi qui s’est tenue hier, le Gouvernement Monaco et la délégation du Conseil National ont évoqué les principales thématiques de la crise sanitaire, économique et sociale. La délégation du Conseil National conduite par le Président Stéphane Valeri, était composée de Beatrice Fresko RolfoJean-Louis Grinda, Christophe Robino et Balthazar Seydoux. A titre exceptionnel, Marc Mourou a participé au début de la réunion, en tant que président de la commission de l’éducation de la jeunesse et des sports, pour suivre le sujet de la reprise scolaire.

Une première approche d’un plan progressif de #déconfinement a été présentée aux élus. En début de semaine prochaine, des décisions seront prises par le Gouvernement après avoir étudié l’organisation la plus pragmatique possible d’une levée progressive du #confinement. L’objectif est double : d’abord préserver la #santé, tout en relançant l’économie.

Sur le plan sanitaire, les élus ont rappelé au Gouvernement leur demande initiale d’un dépistage massif, qui seul permet d’identifier les porteurs du virus et de les isoler le cas échéant, tant que n’existe pas de vaccin.

Sur le plan de l’éducation, ils se sont fait le relais de l’inquiétude et des attentes légitimes des parents quant aux conditions du retour des élèves dans les établissements scolaires. La délégation a souhaité que les parents concernés aient le choix de confier ou non leurs enfants aux structures d’enseignement. Pour les parents qui feront le choix de garder leurs enfants à la maison, les conseillers nationaux ont demandé qu’ils puissent bénéficier de tout moyen technologique possible pour suivre les cours et assurer le bon déroulement du programme scolaire.

Pour les parents qui feront le choix de la reprise scolaire dans les établissements, les élus ont demandé que ces derniers puissent avoir l’assurance d’une scolarisation durant la journée entière, afin de pouvoir reprendre le travail. Après les premiers jours, le nombre probablement limité d’élèves concernés, devrait permettre en effet de les gérer en suivant un emploi du temps normal, tout en respectant les mesures sanitaires indispensables, avec des classes réduites.

Sur le plan de l’économie, les élus ont rappelé la nécessité d’un effort collectif et équitable de #solidarité, de la part des propriétaires de locaux commerciaux et de bureaux, seulement envers les locataires impactés par la crise évidemment, en demandant à nouveau au Gouvernement qu’il prenne position rapidement sur la proposition de loi votée à l’unanimité le 6 avril dernier.

Le Gouvernement et le Conseil National ont exprimé une fois encore leur volonté commune de s’unir pour que du point de vue économique et financier, tous les efforts soient entrepris pour ne laisser personne sur le bord de la route.

Le plan de lutte de l’Etat contre les effets de la crise Covid19, pour les salariés, les travailleurs indépendants et les entreprises de la Principauté, est à la hauteur des enjeux et de la solidité de notre modèle économique et social. Il a été ajusté régulièrement, grâce à la concertation avec les élus du Conseil National dans le cadre des réunions du Comité Mixte de Suivi. Il devra être bien sûr optimisé constamment en fonction de l’évolution de la crise et prendre en compte les situations particulières avérées, qui n’auraient pas encore été prévues par les dispositifs.