Loading

Catégorie : Assemblée Parlementaire de la Francophonie (A.P.F.)

4 posts

Participation du Conseil National à la 45ème Session Plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Abidjan (Côte d’Ivoire), du 6 au 9 juillet 2019

Participation du Conseil National à la 45ème Session Plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Abidjan (Côte d’Ivoire), du 6 au 9 juillet 2019

Une délégation du Conseil National conduite par Michèle DITTLOT, en sa qualité de Présidente de la Section Monégasque, accompagnée de Mme Marine GRISOUL, Conseiller National, a participé à la 45ème Session plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF), qui s’est tenue à Abidjan du 6 au 9 juillet 2019.

La 45ème session de l’APF, qui réunissait près de 300 parlementaires des pays membres de la Francophonie, a été officiellement ouverte par Amadou Soumahoro, Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, François Paradis, Président de l’Assemblée nationale du Québec et Président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie, et par Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire.

Le débat général, sur le thème : « Parlements et renforcement de la démocratie », introduit par le Professeur Yacouba Konaté, a permis aux parlementaires d’échanger des informations sur les bonnes pratiques démocratiques.

A cette occasion, Michèle DITTLOT a pris la parole au titre de la section de Monaco. Elle a précisé que le Conseil National, porte-parole naturel des Monégasques, est le garant de l’expression démocratique et que nos concitoyens s’en sentent très proches d’autant qu’il n’est pas rare qu’ils connaissent personnellement leurs représentants. Elle a ajouté qu’il est évident que la proximité des Elus dans nos petits Etats, par rapport à leurs électeurs, est un atout pour la participation politique des citoyens.

Michèle DITTLOT n’a pas manqué de soulignerla présence forte de membres de la société civile (syndicats, associations et groupements professionnels), actifs dans le débat public, qui sont d’ailleurs régulièrement consultés sur les grands dossiers.

En marge de cette 45ème session, les Elues Monégasques ont participé à la réunion du Réseau des femmes parlementaires, dont l’ordre du jour portait sur l’autonomisation des femmes à l’ère du numérique, les besoins en santé des femmes et des filles réfugiées, la traite des femmes et des filles dans l’espace francophone.

A l’occasion des travaux de ce Réseau, a notamment été abordée la question du suivi des engagements internationaux en matière d’égalité des genres et des droits des femmes et un atelier consacré aux normes ISO sur les enjeux de l’accueil des femmes réfugiées s’est également tenu.

En outre, les Elues Monégasques ont pu suivre les travaux des commissions de l’APF : Michèle DITTLOT a participé à la Commission Politique, et Marine GRISOUL a suivi les travaux de la Commission de l’Education, de la Communication et des Affaires Culturelles (CECAC), ainsi que ceux de la Commission de la Coopération et du Développement.

Marine GRISOUL a, en outre, pu assister à la première réunion du Réseau des jeunes parlementaires de l’APF, qui a pour objectif de rassembler les jeunes parlementaires autour des valeurs de la Francophonie, de favoriser les échanges d’expertise et d’encourager la solidarité.

En séance plénière, elle a été désignée, par ses pairs, pour s’adresser, au titre dudit Réseau, à Louise MUSHIKIWABO, Secrétaire générale de la Francophonie, sur l’implication de la jeunesse et la place qu’elle souhaite offrir au Réseau à l’occasion du Sommet de la Francophonie de Tunis en 2020.

A l’issue des fructueux échanges intervenus entre Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de la Francophonie et les parlementaires, l’Assemblée plénière a examiné et adopté le rapport d’activité du Secrétaire général parlementaire, Jacques Krabal (député, France), ainsi que le nouveau cadre stratégique de l’APF 2019-2022.

Les parlementaires ont par ailleurs adopté 13 résolutions, portant notamment sur la situation politique en Haïti, la gouvernance du numérique, la corruption comme obstacle au développement économique, la mobilité étudiante, la reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, les besoins en santé des femmes et des filles réfugiées, la traite des êtres humains, ainsi que – pour la première fois – deux propositions de loi cadre sur l’enregistrement obligatoire, gratuit et public des naissances, ainsi que sur la protection des données personnelles.

Les parlementaires ont officiellement approuvé l’adhésion de l’Assemblée de la Polynésie française, en tant que membre de l’APF, et le changement de statut de l’Assemblée nationale de la République de Serbie, qui est passée d’Observateur à membre associé.

Cette session s’est achevée par l’élection, pour les deux prochaines années, des titulaires aux postes de responsabilité de l’APF. Ainsi, Amadou Soumahoro, Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, a été élu Président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et Darrell Samson, député canadien, Premier Vice-Président.

Une délégation du Conseil National participera à une prochaine réunion de l’APF, qui aura lieu dans le Canton Suisse du Jura, dans le cadre de l’Assemblée Régionale Europe, en novembre prochain. A cette occasion, la section monégasque de l’APF annoncera le programme de la Conférence des Présidents de Sections européennes, qui se tiendra en Principauté, du 5 au 7 avril 2020, à l’invitation du Conseil National de Monaco.

 


L’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) : En 1967, suite à l’adoption d’une proposition de Léopold Sédar Senghor, un certain nombre de parlementaires francophones se sont réunis afin de créer une association pour défendre la langue française et assurer son rayonnement, nommée l’Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF). Au fil des années, cette dernière a évolué pour devenir l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). Aujourd’hui, l’APF est composée de 83 sections réparties sur les cinq continents.

Monaco oeuvre au rayonnement linguistique et culturel francophone

Monaco oeuvre au rayonnement linguistique et culturel francophone

Les Conseillers Nationaux soutiennent et félicitent les équipes du Centre Méditerranéen d’Etudes Françaises à Cap d’Ail qui accueillent, tout au long de l’année, plus de 4000 jeunes du monde entier pour des séjours linguistiques à prix abordables. 

Accueillis le 9 mai dernier par S.E. Madame Yvette Lambin-Berti, Présidente de l’Association du Centre Méditerranéen d’Études Françaises (CMEF), par Patrice Cellario, Conseiller-Ministre de l’Intérieur, ainsi que par les deux co-directeurs et les membres du Conseil d’Administration, le Président du Conseil National et de nombreux élus* ont visité les 3,5 hectares du Campus du Centre Méditerranéen d’Études Françaises. 

Le terrain, situé à Cap d’Ail, dominant la mer Méditerranée, a été acquis, conformément à la volonté du Prince Rainier III, par l’Etat monégasque et reste à la disposition du CMEF qui, depuis sa création par Jean Moreau en 1952, est un véritable pionnier des échanges internationaux de jeunesse. Grâce à son engagement culturel, à son savoir-faire pédagogique et à son parc exceptionnel (doté d’un amphithéâtre de style antique conçu et décoré par Jean Cocteau et d’une inestimable collection souvenirs du grand poète : lettres, esquisses, dessins, céramiques, poteries), l’école de langue française du Centre a reçu près de 260 000 étudiants du monde entier depuis sa création. 

Chaque année, dans le cadre de ses différents programmes, le CMEF accueille plus de 4000 jeunes et 200 enseignants venus de tous pays qui, en plus de s’enrichir de la culture et de la langue françaises, découvrent également Monaco et ses spécificités. 

Pour plus d’informations sur le CMEF : ici

Les Conseillers nationaux présents à la 44ème Session Plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (A.P.F.)

Les Conseillers nationaux présents à la 44ème Session Plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (A.P.F.)

 

Une délégation du Conseil National conduite par Michèle DITTLOT, en sa qualité de Présidente de la Section Monégasque, qui était accompagnée de Corinne BERTANI et Marie-Noëlle GIBELLI, Conseillers Nationaux, a participé à la 44ème Session plénière de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (A.P.F.) qui s’est tenue à Québec du 7 au 10 juillet 2018.

Plus de 300 parlementaires des pays membres de la Francophonie se sont engagés à approfondir la stratégie de la francophonie numérique, plan 2017-2019 de l’APF.

La 44e session de l’APF a été officiellement ouverte par le Président de l’Assemblée nationale de Québec et Président de l’APF M. Jacques CHAGNON, ainsi que M. Sébastien PROULX, Ministre de l’Education, du Loisir et du Sport et S.E Mme Michaëlle JEAN Secrétaire Générale de la Francophonie.

Les bonnes pratiques des assemblées à l’ère du numérique ont été au cœur des discussions du débat général, au cours duquel Michèle DITTLOT a pris la parole.

Elle a notamment souligné que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) constituent pour le Conseil National un vecteur d’information et d’échange au travers de son Site Internet et de sa présence dans les différents réseaux sociaux.

Elle a en outre souligné que ces NTIC constituent également un vecteur environnemental et que le Conseil National développe dans ce cadre des bonnes pratiques.

En marge de cette 44e session, les Élues monégasques ont participé à la réunion du réseau des femmes parlementaires dont l’ordre du jour portait sur l’autonomisation économique des femmes à l’ère du numérique, les besoins en santé des femmes et des filles réfugiées, la traite des êtres humains dont 51% sont des femmes et des filles.

A l’occasion des travaux de ce Réseau, a notamment été abordée la question du suivi des engagements internationaux en matière d’égalité femmes-hommes ainsi qu’un atelier consacré à la normalisation de l’accueil des réfugiés.

En outre, les Élus monégasques ont pu suivre les travaux de trois commissions de l’APF : Michèle DITTLOT a participé à la Commission Politique, Corinne BERTANI a suivi les travaux de la Commission de l’Éducation, de la Communication et des Affaires Culturelles (CECAC), et Marie-Noëlle GIBELLI a participé à la Commission de la Coopération et du Développement.

L’ensemble des Parlementaires a ainsi adopté plusieurs résolutions notamment contre les violences sexuelles dans les activités internationales humanitaires et les missions de maintien de la paix, sur la crise migratoire et le respect des droits des hommes ou sur l’éthique et la déontologie parlementaire.

Enfin, cette assemblée a voté en faveur de la création du réseau des jeunes parlementaires de l’APF.


L’Assemblée Parlementaire de la Francophonie : En 1967, suite à l’adoption d’une proposition de Léopold SEDAR SENGHOR, un certain nombre de parlementaires francophones se sont réunis afin de créer une association pour défendre la langue française et assurer son rayonnement, nommée l’Association internationale des parlementaires de langue française (AIPLF). Au fil des années, cette dernière a évolué pour devenir l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Aujourd’hui, l’A.P.F. est composé de 83 sections réparties sur les cinq continents.

Démocratie, droits de l’Homme et droit à l’éducation – A.P.F. – Bucarest, les 21 et 22 mai 2018

Démocratie, droits de l’Homme et droit à l’éducation – A.P.F. – Bucarest, les 21 et 22 mai 2018

Le Conseil National s’engage pour la défense de la démocratie, des droits de l’Homme et du droit à l’éducation comme définis par la Charte de la Francophonie. Ainsi Michèle DITTLOT a été missionnée en sa qualité de Présidente de la Section Monégasque de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à participer à une réunion de l’APF- Région Europe à Bucarest, les 21 et 22 mai 2018.

L’Assemblée des parlementaires des pays membres de la Francophonie s’engage, à l’occasion de cette Conférence, à mener des actions politiques et d’aide au développement afin que la défense des droits de l’Homme soit une réalité concrète dans de nombreux territoires encore privés de l’exercice des droits les plus fondamentaux.

Michèle DITTLOT est familière des enjeux de la francophonie ; elle a d’ailleurs pu renouer des liens avec un certain nombre de ses collègues parlementaires rencontrés auparavant, lors de ses mandats au Conseil National de 2003 à 2013.

En marge des débats, Michèle DITTLOT rappelle que ces travaux interparlementaires permettent aux élus du Conseil National de mieux faire connaître le point de vue et les spécificités de la Principauté.

Cette conférence internationale a été officiellement ouverte par le Vice-Premier Ministre Roumain, Madame Ana BIRCHALL, et la Vice-Présidente de la Chambre des Députés, Madame Carmen MIHALCESCU.

Elles ont remercié les parlementaires francophones, qui, à cette occasion, ont pu découvrir les actions entreprises par la Roumanie afin de promouvoir la langue française dans cette région d’Europe centrale qui fête, cette année, le 25ème anniversaire de son adhésion à l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Elles les ont également encouragés à poursuivre ces travaux, notamment lors de la 31ème Assemblée régionale Europe qui sera organisée du 21 au 23 octobre prochain par le Parlement d’Andorre.