Loading

Étiquette : Stéphane VALERI

75 posts

Coronavirus : « Un devoir d’unité nationale et de mise en place de mesures adaptées »

Coronavirus : « Un devoir d’unité nationale et de mise en place de mesures adaptées »

À l’occasion d’une rencontre avec la presse, ce mercredi 11 mars, des élus du Conseil National* autour du Président Stéphane Valeri, ont évoqué le contexte de la crise actuelle du Covid19 en Principauté. Ils en ont appelé à l’unité nationale et à la mise en place de mesures sanitaires, sociales et économiques à la hauteur des enjeux actuels et potentiels de cet événement. Extraits.

Dans son introduction, Stéphane Valeri a rappelé que « Les Monégasques et les résidents expriment des craintes légitimes (…) l’opinion publique est inquiète, elle se tourne naturellement vers ses élus (…). C’est pourquoi les Monégasques que nous rencontrons attendent naturellement que l’Assemblée s’exprime sur ce sujet qui actuellement prend toute la place dans l’espace public (…)

Devant la gravité de la situation, j’ai demandé à rencontrer le Ministre d’Etat et les Conseillers de Gouvernement-Ministres concernés dès vendredi dernier, accompagné de Christophe Robino, le Président de la Commission des Intérêts Sociaux (Cisad). Une nouvelle « réunion restreinte » est d’ailleurs programmée à nouveau ce vendredi.

Mais j’ai souhaité aussi que tous les conseillers nationaux soient associés à ces échanges d’informations dans le cadre d’une concertation qui a eu lieu hier soir, sous forme d’une Commission Plénière d’Etude qui a duré plus de trois heures (…) le débat doit avoir lieu entre les Institutions, sous l’autorité du Prince. Il s’agit d’un contexte inédit qui, selon les pays, aboutit à des conclusions et mesures différentes. Un débat légitime et sain, qui a donc pour objectif, comme toujours, d’optimiser ces mesures là encore dans l’intérêt de Monaco. »

Des mesures adaptées

Corinne Bertani a rappelé l’enjeu majeur de mesures adaptées à la protection renforcée des populations à risques et notamment de nos aînés :

  • l’instauration immédiate de nouvelles mesures pour le Centre Rainier III, pour le Cap Fleuri, pour la Qiétudine, et pour la Fondation Hector Otto, avec notamment un contrôle nominatif des entrées, pour s’assurer que les visiteurs ne proviennent pas de zones à risque, et le contrôle de leur température
  • l’usage simplifié et exceptionnel de la télémédecine pour effectuer, en cas de besoin, un premier tri et éviter les salles d’attentes

Marc Mourou est revenu sur les « interrogations de nombreux parents à propos des mesures envisagées en cas d’évolution défavorable de la situation, en particulier les conséquences d’une fermeture éventuelle des établissements scolaires ». Il a rappelé par ailleurs que « la tenue effective du calendrier sportif, avec pour premier rendez-vous les Tennis Master de Monte-Carlo était très dépendante de l’évolution de la situation, et que l’impact d’un éventuel retrait de ces manifestations, aurait des conséquences lourdes pour Monaco. »

Karen Aliprendi-de Carvalho est revenue sur les conséquences sociales de la crise, en matière de gestion des ressources humaines : « nous avons, hier soir insisté, auprès du Gouvernement,  sur le développement du télétravail, qui doit être généralisé autant que possible, avec pour seules limites l’accord des salariés et bien sûr la nature du travail. Il faut que les entreprises soient toutes et beaucoup mieux informées de façon proactive, par tous moyens, sans doute au minimum par courrier individualisé, de cette possibilité nouvelle d’une procédure simplifiée.

Il faut que le Gouvernement s’assure aussi de l’accord des autorités françaises pour une dérogation temporaire à notre convention bilatérale de sécurité sociale (puisque dans la loi on ne peut pas télé-travailler plus de 3 jours par semaine). Et puis il faut agir avec l’Italie pour permettre là aussi de manière exceptionnelle et dérogatoire le télétravail des salariés italiens qui le pourraient.»

L’impact économique de la situation a été évoqué par Balthazar Seydoux : « Nous avons demandé au Gouvernement qu’il prenne toutes les mesures d’accompagnement et de soutien de manière urgente et opérationnelle en temps réel. »

Différentes mesures concrètes ont été demandées par le Conseil National :

  • Mise en place d’une cellule dédiée avec un numéro d’appel et un responsable clairement identifiable. « Il faut une organisation simplifiée, un comité qui ait le pouvoir de décider directement et de débloquer rapidement les aides avec des procédures simples »
  • Décalage du paiement des charges sociales,
  • Mise en place d’un Prêt à taux zéro, pour soutenir les entreprises en difficulté de trésorerie.
  • Renforcement et simplification du recours au chômage partiel et au chômage total temporaire.
  • Échelonnement du paiement des charges fiscales (TVA et ISB).
  • Pour les secteurs les plus impactés, comme notamment l’événementiel, le tourisme, l’hôtellerie et la restauration, « il faut aller au-delà de reports de paiements ou de crédits, il ne faudra pas hésiter à soutenir directement certaines entreprises avec du soutien financier public. »

Comme l’a rappelé Balthazar Seydoux « En effet, si Monaco a pu faire face à une crise de la construction comme les Jardins d’Apolline, en débloquant plus de 80 millions d’euros via un compte spécial du Trésor (55M€ pour réhabiliter un immeuble d’à peine 5 ans, et 30 millions pour le relogement temporaire des locataires), alors nous pouvons et nous devons le faire également pour aider les entreprises touchées par cette crise. Ces comptes spéciaux du Trésor existent déjà, ils sont intitulés « prêts divers, interventions économiques », mais nous pourrions aussi en créer un spécialement dédié à la gestion de cette crise.»

Un devoir d’unité nationale

Pour Brigitte Boccone-Pagès : « A ce stade, il est nécessaire que les entités de l’Etat, Gouvernement princier et Conseil National, soient unies au sein d’une « cellule de crise » entre nos deux institutions. Cette « cellule restreinte », qui n’a pas encore d’existence formelle ni de nom, existe de fait. Elle permet un partage, au moins une fois par semaine, des éléments relatifs au traitement de cette épidémie en termes d’action publique, notamment pour permettre une communication publique unifiée, rationnelle et efficace. Nous souhaitons qu’elle soit formalisée, qu’elle donne lieu à des communications communes et que ces réunions se poursuivent au-delà de celle programmée ce vendredi 13 mars. »

Après avoir rappelé l’importance de mesures de bons sens, comme la mise à disposition de moyens de prévention (contrôle des prix et production locale de gel hydroalcoolique), Stéphane Valeri a tenu à souligner le caractère très sensible de cette crise : « à situation exceptionnelle réponse exceptionnelle. Dans ce moment, il nous faut être capables d’anticipation et de penser au coup d’après. En résumé, se préparer aujourd’hui au passage en phase 3 de l’épidémie, notamment en matière médicale et hospitalière. Et à la situation d’urgence vécue par de nombreux acteurs économiques, Monaco doit apporter des solutions urgentes.

Nous demandons à ce que des décisions précises soient prises et que des aides soient débloquées en temps réel, à la hauteur des difficultés rencontrées, et des enjeux économiques et sociaux pour notre pays. Nous y veillerons à notre place.

J’ai toute confiance dans la capacité de notre modèle monégasque à surmonter ces moments compliqués, comme il l’a déjà démontré en absorbant les conséquences de la crise financière internationale de 2008. Ça ne fait pour moi aucun doute. »

Une prochaine réunion restreinte entre le Ministre d’État, les conseillers de Gouvernement-Ministres concernés, le Président du Conseil national et le Président de le C.I.S.A.D. est prévue ce vendredi 14.

Retrouver ici les intervention des élus durant ce point presse.


Étaient présents autour de Stéphane Valeri : Brigitte Boccone-Pagès, Vice-Présidente ; Balthazar Seydoux, Président de la Commission des Finances et de l’Économie Nationale ; Marc Mourou, Président de la Commission de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports ; Karen Aliprendi-de Carvalho, Conseillère Nationale et Corinne Bertani, Conseillère Nationale.

#8marsMonaco

#8marsMonaco

Depuis plus de 30 ans, le Conseil National de Monaco est une Institution d’avant-garde, aux côtés du Gouvernement Princier, dans le combat pour l’égalité Femme / Homme. Même si beaucoup a déjà été fait en matière d’égalité, les progrès doivent se poursuivre, tout au long de la décennie qui s’ouvre.

Pour Stéphane Valeri : « Il est temps de passer à la vitesse supérieure et de contribuer activement à l’évolution des mentalités. »

Le Conseil National : une institution « d’avant-garde » pour l’égalité Femme – Homme

Le Conseil National : une institution « d’avant-garde » pour l’égalité Femme – Homme

Depuis plus de 30 ans, le Conseil National est une Institution d’avant-garde, aux côtés du Gouvernement Princier, dans le combat pour l’égalité Femme – Homme, notamment par le vote de lois décisives permettant désormais aux femmes monégasques de transmettre la nationalité à leur mari et à leurs enfants, ou encore pour instaurer l’égalité au sein des couples.

Même si beaucoup a été fait en matière d’égalité, ces progrès doivent se poursuivre, notamment pour que :

– L’égalité des salaires et des parcours professionnels soit appliquée, dans tous les secteurs d’activité ;
– Les femmes soient enfin représentées dans les Conseils d’Administration, et en premier lieu dans les postes d’administrateurs d’Etat au sein des sociétés publiques, ou concessionnaires de service public ;
– Les tâches familiales soient partagées (charge mentale), entre l’homme
et la femme, pour un meilleur équilibre dans les foyers.

Pour Stéphane VALERI, « à diplômes équivalents et compétences égales, il existe encore de profondes inégalités, tant dans les parcours que dans les niveaux de rémunération, ce n’est plus acceptable ».

Le Président du Conseil National a rappelé dans son intervention qu’«il est temps de passer à la vitesse supérieure en matière d’égalité femme-homme », avant d’ajouter que « les moyens, avec de la volonté politique : il suffit de se les donner ».

Pour Nathalie AMORATTI-BLANC, « pour faire évoluer les choses dans les faits, ce sont les mentalités qui doivent changer. Et pour faire changer les mentalités, tout commence par l’éducation ». Elle a notamment salué le travail réalisé par le Comité de Promotion et de Protection des Droits des Femmes.

Le Conseil National a adopté, en commission plénière d’étude et sur proposition de Nathalie AMORATTI-BLANC, la féminisation du titre de Conseiller National en « Conseillère Nationale », pour les élues qui le souhaitent. Les mêmes dispositions ont été adoptées en ce qui concerne les permanentes de l’Institution.

En outre, afin de contribuer à ce que la décennie qui s’ouvre soit celle de l’égalité dans les familles, le Conseil National déposera avant la fin de cette année une proposition de loi en faveur de l’allongement de la durée du congé paternité.

#Coronavirus

#Coronavirus

Compensation d’éventuelles mesures de confinement : les travailleurs indépendants ne doivent pas être écartés !

Le Gouvernement a annoncé des mesures de compensation financière pour les salariés ainsi que pour les fonctionnaires et agents de l’Etat et de la Commune, en cas de confinement lié à l’épisode du Coronavirus.

Sur proposition de Stéphane Valeri et de Jean-Louis Grinda, en plein accord avec Christophe Robino, président de la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses (Cisad), une lettre vient d’être adressée au Ministre d’Etat, pour que les travailleurs indépendants, relevant de la CAMTI, ne soient pas écartés de ces éventuelles mesures de compensation de revenu.

« Comme l’a rappelé justement le Conseiller de Gouvernement-Ministre des Finances et de l’Economie, dans Monaco-Matin de ce jour : « L’intérêt économique ne prime pas sur la santé (…) À situations exceptionnelles, mesures exceptionnelles».
Face à cette situation inédite, il serait injuste et inacceptable de faire une distinction en fonction du régime social auquel les actifs sont affiliés : tous doivent bénéficier des mêmes mesures de solidarité qu’ils soient salariés, fonctionnaires ou travailleurs indépendants.»

#Coronarivus (Covid 19)

#Coronarivus (Covid 19)

« Le Conseil National de Monaco demande au Gouvernement Monaco une information régulière et transparente »

Dans un courrier adressé ce matin au Ministre d’Etat, le Président du Conseil National demande à ce que toutes les mesures de prévention et le plan d’actions dans l’hypothèse d’éventuel(s) cas déclaré(s) sur le territoire monégasque, fassent l’objet d’une communication urgente puis régulière auprès de la population.

#Mobilité #Circulation #QualitéDeVie 🚍🇮🇩

#Mobilité #Circulation #QualitéDeVie 🚍🇮🇩

Le Conseil National de Monaco demande au Gouvernement Monaco de tester la #gratuité des #bus sur l’ensemble du réseau de la Compagnie des Autobus de #Monaco, sur une période de 2 semaines.
Explications ⤵️

Face à l’augmentation permanente de la circulation en Principauté et l’engorgement régulier de certains axes, se pose la question du changement des habitudes des automobilistes. Pour y parvenir, il faut réfléchir à une offre alternative de transports en commun suffisamment attractive, à savoir : proposer la gratuité des bus à tous afin d’inciter la population à opter pour ce mode de transport.

En effet, les villes qui, dans le monde, optent pour la gratuité, voient partout la fréquentation des transports urbains augmenter, avec pour corollaire une baisse de la #circulation automobile et un bénéfice certain pour l’#environnement et la #QualitéDeVie des résidents. Bien sûr, des mesures complémentaires doivent accompagner cette gratuité pour la rendre la plus efficace possible, avec notamment : la création de nouveaux couloirs de bus, la priorisation des feux à l’approche des autobus et une augmentation des fréquences.

Le Président du Conseil National, Stéphane Valeri et le Président de la Commission Environnement et Qualité de Vie, Guillaume Rose, ont ainsi proposé, dans un courrier argumenté, adressé au Ministre d’Etat, de procéder à un test représentatif de gratuité sur l’ensemble des lignes du réseau de bus. La Semaine Européenne de la Mobilité serait ainsi l’occasion d’élargir la période de gratuité traditionnelle du réseau à Monaco, d’une seule journée à deux semaines pleines, du 12 au 27 septembre 2020.

Pour Stéphane Valeri : « Cela permettra de trouver enfin une issue pragmatique et définitive à ce débat, sur l’utilité ou non de cette mesure, qui nous semble aller dans le sens des enjeux de notre temps. »

📸 Archives Nice-Matin

9ème #PinkRibbonMonacoWalk

9ème #PinkRibbonMonacoWalk

Le Conseil National de Monaco se tient aux côtés de Pink Ribbon Monaco pour soutenir les malades et leurs familles dans la lutte contre le #CancerDuSein 🎀

Le #dépistage et les méthodes de #prévention sauvent des vies. N’hésitez pas à prendre contact avec le Centre de Sénologie du Centre Hospitalier Princesse Grace en appelant le numéro suivant : (+377) 97 98 96 44

Le Président du Conseil National Stéphane Valeri, la Vice-Présidente Brigitte Boccone-Pagès  et Corinne Bertani, Conseiller National, ont marché aux côtés des dirigeantes de #PinkRibbonMonaco, dimanche 16 février 2020, pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. Le but est de se rassembler pour faire passer un message fort et clair : le dépistage et les méthodes de prévention sauvent des vies !

Bien que fréquent chez la femme, le cancer du sein se guérit s’il est diagnostiqué tôt. Il est donc vital, particulièrement pour les femmes entre 50 et 80 ans, d’avoir recours, tous les 2 ans, à une mammographie.

#QualiteDeVie 🇮🇩

#QualiteDeVie 🇮🇩

De la « Brigade de la Circulation » à « l’Unité de Préservation du Cadre de Vie » : une 1ère étape pour garantir plus de tranquillité aux résidents de la Principauté.

Demandée par les élus du Conseil National pour endiguer les difficultés de circulation en Principauté, la « Brigade de la Circulation » a finalement été expérimentée, avec succès, par le Gouvernement Monaco entre septembre et décembre 2018. Résultat : une présence humaine intelligente sur les points névralgiques du territoire, améliore et fluidifie sensiblement le trafic, notamment durant les heures de pointe. Dans le but de pérenniser cette nouvelle mission, en concertation avec le Conseil National, lors des derniers débats budgétaires, le Gouvernement Princier a procédé au recrutement et à la formation d’une dizaine d’agents supplémentaires.

Aujourd’hui rebaptisée « Unité de Préservation du Cadre de Vie » et effective depuis le début du mois de février, cette brigade compte désormais plusieurs missions à son actif, à savoir :

1- Fluidifier la circulation ;
2- Contrôler et sanctionner les nuisances sonores des véhicules ;
3- Verbaliser tous types d’incivilités, comme les stationnements gênants, les encombrants, les déjections canines ou encore les mégots de cigarettes.

Pour autant, même si la création de cette unité constitue une première avancée nécessaire pour garantir plus de tranquillité pour les résidents, elle ne peut pas, à elle seule, limiter l’impact de toutes les nuisances sur notre qualité de vie. Pour cette raison, le Conseil National travaille actuellement sur un proposition de loi qui vise à instaurer un phasage des chantiers privés, pour assurer un droit à la tranquillité, par quartier, aux résidents.

📸 : Direction de la Sûreté Publique

10ème anniversaire de la CID

10ème anniversaire de la CID

10ème anniversaire de la Commission d’Insertion des Diplômés de Monaco : « une formidable réussite pour les jeunes de #Monaco et pour le dynamisme économique de la Principauté »

Créée en février 2010, à la demande du Prince Souverain, par Stéphane Valeri, alors Conseiller de Gouvernement-Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, la Commission d’Insertion des Diplômés (#CID) vise à favoriser l’intégration des diplômés monégasques et résidents dans le tissu économique de la Principauté.

En 10 ans, ce sont plus de :

– 1310 monégasques et enfants du pays qui ont pu bénéficier d’un accompagnement de la CID dans le cadre de leur première recherche d’emploi ;
– 229 stages et surtout 298 diplômés recrutés au sein des entreprises et partenaires de la Commission ;
– 196 entreprises partenaires qui offrent des débouchées variées en adéquation avec le profil de chaque diplômé.

Présent lors de ce 10ème anniversaire, célébré au Musée océanographique de Monaco, le Président du Conseil National précise que : « La CID est un des exemples de ce qui fait l’excellence de notre modèle économique et social en Principauté. Grâce au formidable travail réalisé par les différentes équipes qui se sont succédées au sein de cette Commission, ce sont aujourd’hui de plus en plus d’entreprises qui se tournent, elles-mêmes, vers la CID pour embaucher des jeunes qualifiés. C’est un signe très positif qui doit inciter nos jeunes à avoir pleinement confiance en l’avenir, car ils seront toujours accompagnés, soutenus et les bienvenus dans leur Pays. Je tiens à remercier tous les personnels de l’Etat qui agissent au sein de l’Education Nationale, du Service de l’Emploi et notamment de sa Cellule Emploi-Jeunes, ainsi qu’au sein de la CID : peu de pays sont aussi actifs et efficaces pour former et favoriser l’insertion professionnelle de leur jeunesse. »