Loading

Catégorie : Environnement et Qualité de vie

13 posts

Circulation et travaux : l’exaspération !

Circulation et travaux : l’exaspération !

La situation du trafic routier en Principauté est devenue insupportable pour tous, avec une paralysie routière de plus en plus fréquente, y compris en dehors d’événements de grande ampleur. 

Si certains aléas, comme le récent éboulement aux portes de Monaco, peuvent être compréhensibles, d’autres en revanche sont de toute évidence la conséquence d’un défaut de planification des travaux de voirie, mal gérés et mal coordonnés.

Après l’obtention par le Conseil National d’une véritable réglementation concernant les chantiers de construction (interdiction des travaux la nuit et les week-ends, réduction des nuisances sonores…), l’Assemblée demande au Gouvernement des mesures concrètes et urgentes, enfin perceptibles par tous.

Compte tenu de la situation qui se dégrade de jour en jour, et qui nuit fortement à la qualité de vie de chacun, à la marche de l’économie et, plus généralement à l’attractivité de notre pays, le Conseil National vient ainsi d’adresser un courrier au Ministre d’État, cosigné par Stéphane Valeri, et par Guillaume Rose, président de la Commission Environnement et Qualité de Vie.

En voici le contenu :

 » Monsieur le Ministre, 
Nous avons l’honneur de faire suite à nos échanges concernant la qualité de vie et notamment la circulation en Principauté.

A ce sujet, nous constatons que de trop nombreux travaux de voirie impactent fortement la fluidité du trafic et que d’innombrables points de blocage ont, ces derniers jours, mené à des situations de paralysie totale, parfaitement incompréhensibles pour les usagers, Monégasques, résidents et salariés. 

Nous souhaiterions, à cet égard, appeler plus particulièrement votre attention sur les travaux se déroulant boulevard du Jardin Exotique, pour l’amélioration et la rénovation des réseaux urbains. Les indications affichées à proximité du chantier font apparaître des travaux, du 8 octobre 2018 au 10 mai 2019, soit une durée absolument inadmissible de 7 mois. Le visible sous-effectif des ouvriers sur ce chantier pose question. Les conséquences de cet interminable chantier suscitent un fort mécontentement au sein de la population, qui subit une circulation alternée et donc, de très longues files d’attente qui se développent de manière exponentielle.

La situation est également particulièrement critique dans le quartier de Fontvieille, très impacté par de multiples interventions, depuis de nombreux mois, dans différents secteurs. Cette situation est de la même manière, très préjudiciable, au regard de l’activité tertiaire qui s’y déroule pendant la journée, des soirées de matchs de football au Stade Louis II, pour les consommateurs du Centre Commercial, les spectateurs de l’Espace Léo Ferré ou du Chapiteau, et les usagers de l’Héliport.

Notamment, le rond-point et ses accès devant le Centre Commercial de Fontvieille font l’objet de travaux depuis désormais deux ans. De plus, les parkings de ce quartier sont très souvent saturés et les emplacements publics sur la voie en surface sont impactés par les interdictions de stationner dues aux travaux.

A cette situation s’ajoutent les travaux suivants :
– avenue de Fontvieille, en raison des travaux de l’Ilot Pasteur, et dont le sens montant est fermé, sans que là encore on ne voit beaucoup d’ouvriers s’affairer, ni le chantier avancer.
– avenue Prince Héréditaire Albert, avec un rétrécissement de la voie, à une seule,
– avenue des Papalins, avec également un rétrécissement de la voie, affectant le croisement des véhicules de bus et des voitures,
– port de Fontvieille, quai Jean-Charles Rey, en dessous de l’immeuble domanial le Magellan,
– Stade Louis II, avec les travaux dans son enceinte, ayant un fort impact sur les personnes travaillant dans les bureaux, Entrées E et F.

Quant au quartier de Monte-Carlo, fortement impacté depuis des années par les chantiers de la SBM à présent en voie d’achèvement, nous constatons que la situation de la circulation y est tout aussi catastrophique avec une gestion des flux au niveau du chantier du Portier, qui génère là encore d’insupportables situations de paralysie.

Compte tenu de ce qui précède, il nous apparait indispensable que des mesures soient adoptées de toute urgence concernant les travaux de voirie, qui devraient être immédiatement encadrés et faire enfin l’objet d’une réelle coordination. En effet, il importe de remédier, dans les meilleurs délais, à la situation actuelle qui se révèle inacceptable par les contraintes qu’elle impose aux résidents de la Principauté.

En amont, une mise en concurrence des sociétés nous apparait nécessaire pour chaque opération, dans laquelle les délais, ainsi que les modalités d’intervention, notamment les moyens mobilisés en personnel, devraient être des critères déterminants du choix du prestataire. 

Cette mise en concurrence devrait être complétée par un suivi régulier des opérateurs, pour obtenir la meilleure efficacité dans la réalisation des travaux nécessaires.

En outre, alors que pour les chantiers de travaux, fort bruyants, il convient de limiter les opérations en soirée et les week-ends, les interventions affectant la voirie, comme celles portant sur l’éclairage ou les réseaux, qui n’impliquent pas de fortes nuisances sonores, pourraient être réalisées à ces périodes, durant lesquelles la circulation est beaucoup moins dense.

Enfin, nous apprécierions d’avoir connaissance des règles actuellement appliquées à la réalisation et au suivi des opérations de voirie, ainsi que des améliorations indispensables qui pourraient leur être apportées, à l’instar de ce qui a été fait en matière de chantiers, avec notamment, la publication des deux Arrêtés Ministériels concernant les chantiers.

Le Conseil National et sa Commission Environnement et Qualité de Vie seront dans les prochaines semaines, force de proposition pour contribuer activement à la mise en place d’un dispositif global de mesures indispensables et complémentaires. Toutes les solutions, y compris législatives si nécessaire, seront étudiées. L’exaspération de la population contre la dégradation de la situation est de plus en plus forte. Nous attendons donc, au-delà d’explications techniques, des décisions rapides et perceptibles par tous.« 

Transition Énergétique : Le Conseil National poursuit son engagement

Transition Énergétique : Le Conseil National poursuit son engagement

En mai dernier, le Conseil National signait le Pacte National pour la Transition Énergétique voulu par S.A.S le Prince Albert II. Afin de mesurer ses effets et d’envisager les actions à mener, le Président Stéphane Valeri accompagné notamment du Secrétaire Général du Conseil National Philippe Mouly, a reçu, le 29 janvier, Annabelle Jaeger-Seydoux, Directeur de la Mission pour la Transition Énergétique, accompagnée d’Isabelle Curau-Bloch. 

En introduction à la réunion, Annabelle Jaeger-Seydoux a salué l’engagement du Conseil National, en précisant : « à Monaco, c’est le premier organisme dont 100% des membres se sont engagés, ce qui prouve la motivation de tous pour accomplir l’objectif d’une Principauté neutre en carbone à l’horizon 2050. » 

Dans son fonctionnement, le Conseil National a engagé une série d’actions concrètes, comme la disparition des bouteilles plastiques, une démarche d’agriculture urbaine avec Terre de Monaco, la gestion optimale des déchets et de l’eau, la réduction drastique de la consommation de papier, ou encore la mise en place d’un plan de mobilité douce. 
Au-delà de ces gestes du quotidien, une série d’investissements va être planifiée, après un audit énergétique complet, pour rendre le bâtiment, déjà exemplaire, encore plus vertueux. 

Pour Stéphane Valeri : « Notre engagement dépasse, bien entendu, la mise en place d’actions responsables au Conseil National. Il s’agit d’une démarche qui inspire l’ensemble de nos réflexions sur la mise en place des politiques publiques, dans nos discussions avec le Gouvernement Monaco. N’hésitons pas à être ambitieux. Le télétravail, que nous voulons étendre à la Fonction Publique, est une première réponse, mais les déplacements seront toujours nombreux, c’est pourquoi nous devons les rendre plus vertueux. 

Parmi les dossiers que nous défendons, il y a la mise en place des navettes maritimes entre Nice, Monaco et Menton, notre volonté d’instaurer la gratuité des bus, des mesures incitatives à l’utilisation des transports publics pour les salariés, en prenant en charge tout ou partie des frais de transports, et en étendant cette mesure aux fonctionnaires et agents de l’État. Sur ce point, l’Administration doit montrer l’exemple. 
Si nous voulons laisser une planète viable à nos enfants, c’est aujourd’hui, plus que jamais qu’il faut prendre des décisions. »

Les élus et les permanents du Conseil National adhèrent au Pacte National pour la Transition Energétique

Les élus et les permanents du Conseil National adhèrent au Pacte National pour la Transition Energétique

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement et faisant suite à la signature du Pacte par le Président Stéphane Valeri, pour l’Institution le 7 mai dernier, les élus et les permanents du Conseil National ont adhéré, à titre individuel, au Pacte National pour la Transition Énergétique.

Le Président avait rappelé, lors de son engagement, la valeur symbolique de cette signature : « Ce qui compte le plus, c’est évolution des mentalités. Chacun de nous a un rôle à jouer pour atteindre les objectifs ambitieux fixés par le Prince Souverain. Ce ne sera que par un travail collectif et par la mobilisation tous les résidents et acteurs de la Principauté que nous parviendrons à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. »

Cette démarche s’inscrit dans la lignée des actions concrètes déjà mises en oeuvre par l’Assemblée depuis plusieurs années, à savoir : meilleure gestion des dépenses énergétiques, tri sélectif, limitation de l’usage du papier, véhicules hybrides, compensation carbone, etc. Par ses nombreuses actions en matière environnementale, l’Institution détient la certification ISO 14.001 depuis 2011.

Vous aussi, engagez-vous : ici